Articles Commentaires

Cine Blog » Films » Critique du film CONFESSIONS D’UNE ACCRO DU SHOPPING

Critique du film CONFESSIONS D’UNE ACCRO DU SHOPPING

Comme le diable est à Prada, le shopping est à Hollywood. Bien que le long métrage « Confessions d’une accro au shopping » soit un très bon film à la fois intéressant et drôle, aucun film n’est à l’abri des critiques des presses ou des téléspectateurs.

Les critiques positives

Comme tous les films, Confessions d’une accro au shopping a beaucoup fait parler de lui que ce soit sur ses côtés positives que négatives. Côté critique positive, Fisher, le personnage principal du film est très apprécié des cinéphiles pour son rôle au top. La majorité des avis démontre que sans le charme et la présence de Bloonwood, le film n’aurait aucun intérêt particulier.

Accro au shopping, trop « fille »

Le film Confessions d’une accro au shopping est très apprécié aux USA. Seulement, il est trop destiné pour les jeunes femmes indépendantes du shopping qui vont à la quête de nouvelles tendances. Cela manque d’originalité et nous rappelle le film « Le diable s’habille en Prada ». Du coup, les téléspectateurs n’ont plus vraiment de grand suspens quant aux intrigues du film.

Le mauvais rĂ´le

L’inversion des rôles entre Isla Fisher et Krysten Scott dans le rôle de rédactrice en chef d’un magazine financière est l’un des plus grands critiques du film. Lui confier le rôle à une folle passionnée de mode et dépensière à max n’est qu’une erreur glaciale, snob et rigolo. Le film raconte une histoire assez bien, mais qui malgré tout reste banale pour certains.

Jeune femme sans cervelle éblouie par l’achat

Confessions d’une accro du shopping veut nous entraîner dans le quotidien d’une accro qui ne vit que par son pouvoir d’achat. Le hic du film est qu’il incite de manière indirecte les consommatrices vers l’endettement grâce au shopping. Prête à décharger sa carte de crédit pour ressortir avec son sac en papier marqué sous le bras, Fisher consomme pour exister. Si l’évènement du black friday existait déjà, elle en aurait été accroc !. Pour certains, le film reste mal écrit bien qu’il aurait pu devenir le film le plus populaire de son temps.

Le manque de romantisme

Comme ce film mélange à la fois comédie et romantisme, en passant de Londres à New York, Rebecca se concentre plutôt sur ses achats de dernières tendances que sur son soi-disant petit ami. Au lieu de s’occuper de sa vie amoureuse, elle dévalise les boutiques New Yorkaise avec ses 5 cartes bancaires. Le gout du roman est énormément perdu au fil de l’histoire

avatar A propos de l'auteur : seb (1 Posts)


Classé dans : Films

Contenus sponsorisés
loading...

Commentaires Clos.