Articles Commentaires

Cine Blog » Films » Le Gruffalo et l’’Ours Montagne veulent séduire les jeunes spectateurs…

Le Gruffalo et l’’Ours Montagne veulent séduire les jeunes spectateurs…

Ca fleure bon les vacances scolaires de la Toussaint : trois films d’animation pour (très) jeunes enfants se disputent les écrans cette semaine. Outre Emilie Jolie, l’adaptation du fameux conte de Philippe Chatel (pas vu), ce sont deux héros poilus qui s’efforcent de s’attirer les faveurs des petites têtes blondes, d’un côté un ours danois, de l’autre un étrange monstre britannique. Analyse des forces en présence :

Le Gruffalo et l'Ours Montagne

  • Plusieurs points communs… : Esben Toft Jacobsen (L’ours montagne) signe son premier long-métrage tout comme les allemands Jakob Schuh et Max Lang font leur début au cinéma avec le Gruffalo. Les deux films ont d’ailleurs été présentés au Festival du Film d’Animation d’Annecy – mais pas la même année, le premier en 2011, le second en 2010. Ils disposent pour leur sortie française d’un nombre d’écrans non négligeables avec un avantage à l’ours tout de même : 127 copies contre 82*. Enfin, étant donné la cible visée, ils sont tous les deux essentiellement exploitées en version française. Si cela n’a pas beaucoup d’importance pour l’Ours Montagne, c’est plus dommage pour le Gruffalo qui dans sa version française ne peut compter que sur Zabou Breitman qui reprend le rôle de la maman écureuil, narratrice de l’histoire, dévolue à Helena Bonham Carter dans la version originale qui dispose aussi des voix de John Hurt, Tom Wilkinson et Robbie Coltrane, excusez du peu ! Les deux histoires se déroulent dans des forêts peuplées d’étranges créatures. Toutefois, il n’y a aucun humain dans le Gruffalo alors que les héros de l’Ours Montagne sont deux enfants. Elles ont toutes deux un but éducatif évident, l’Ours Montagne étant une fable écologiste, le Gruffalo une belle leçon de vie apprenant aux enfants à privilégier la force du verbe à celle de la puissance physique.
  • … mais des différences notables : si l’Ours Montagne est une histoire originale, le Gruffalo est l’adaptation d’un énorme succès littéraire anglais, vendu à plus de … 5 millions d’exemplaires dans le monde depuis sa parution en 1999 ! D’ailleurs, le Gruffalo a d’abord été diffusé sur la BBC pendant les fêtes de Noël 2009 – carton assuré avec une audience de près de … 10 millions de téléspectateurs. Et si L’ours montagne a une durée assez classique (quoique déjà courte) d’1h15, le Gruffalo lui ne dure que … 25 minutes, complété d’un avant programme de trois courts métrages d’animation tous très réussis – mention spéciale au génial slovaque Loup y es-tu au rythme trépidant et à l’imagination débordante. Soit une projection d’environ 45 minutes parfaitement adaptés pour les plus jeunes spectateurs (dès 3 ans), la ligne éditoriale des Films du Préau, le distributeur spécialisé de ce genre de programmes pour enfants, courts et généralement de grande qualité. Côté graphisme, L’Ours Montagne semble hélas terriblement daté, ressemblant trop à une cinématique assez laide de jeu vidéo des années 90. L’influence de Hayao Miyazaki est évidente mais Jacobsen ne possède (encore ?) ni le génie ni la poésie du maitre japonais de l’animation. D’ailleurs, si l’ours est certes mignon, sa taille fluctue constamment sans raisons tout au long du film – ce qui est pour le moins étrange pour ne pas dire perturbant. Le Gruffalo, lui, avec son mélange d’animation en volume et par ordinateur et ses idées astucieuses de mise en scène distille un charme certain et donne une énergie vivifiante à cette histoire de souris malicieuse et pleine d’à-propos qui n’aurait pas dépareillé dans le bestiaire des fables de La Fontaine.

Mais pour régler cette rivalité née un 19 octobre entre ces deux bêtes pas bébêtes, rien de tel qu’une rencontre de cinéma. Et  après tout, un GvOm (Gruffalo vs Ours Montagne !) ne serait pas le plus improbable des cross-over de l’histoire du 7eme art, si ?

* : Source CBO box-office

avatar A propos de l'auteur : Emmanuel Pujol (218 Posts)

Fou de cinéma et fou tout court, Emmanuel écrit pour Fan-de-cinema.com, se fait filmer dans Après la Séance et mange, dort, vit cinéma 24 heures/24! De films en festivals, il ne rate rien de l'actu ciné pour vous faire partager ses coups de coeur et ses coups de gueule...


Classé dans : Films · Mots-Clés:

Contenus sponsorisés
loading...

Commentaires Clos.