Articles Commentaires

Cine Blog » Festivals » Festival de Cannes, vendredi et samedi: premiers pas

Festival de Cannes, vendredi et samedi: premiers pas

Samedi soir, 3h du matin, je trouve ENFIN le temps de m’asseoir quelques minutes pour pouvoir vous livrer mes premi√®res impressions sur un Festival compl√®tement fou.¬†Tourbillon!

Carte Presse CannesVendredi

Premier jour, le soleil brille, j’arrive au Palais des Festivals apr√®s √™tre pass√© devant l’impressionnant pavillon¬†Canal +. Gr√Ęce √† une organisation impressionnante et parfaitement r√©gl√©e et pour ne rien g√Ęcher aussi aimable qu’efficace, je r√©cup√®re mon badge en un temps record.¬†Sac ¬ę¬†Cannes 2010¬†¬Ľ en bandouli√®re, j’ai donc un peu de temps devant moi avant le premier film au programme, le Tourn√©e de Mathieu Amalric en s√©ance de rattrapage dans la salle du 60eme.¬†Je d√©ambule au hasard des all√©es du March√© du Film o√Ļ d’improbables nanars cotoient de grosses productions dans une atmosph√®re de ruche o√Ļ gros nababs et jolies p√©p√©e (enfin h√ītesses pardon)¬† se croisent et se jaugent (je vous en reparlerais prochainement avec photos √† l’appui) Ambiance, ambiance!

Premier d√©fi √† Cannes?¬†Rep√©rer l’emplacement des nombreuses salles de projection, comprendre comment marche le syst√®me des invitations pour les s√©ances de la comp√©tition (simple: chaque heure √©coul√©e me donne droit √† 2pt, je peux accumuler 130 pts au maximum que je peux √©changer contre des s√©ances dont la valeur varie en fonction de la demande, les s√©ances les plus ch√®res √©tant √©videmment celle de 20h et 22h en pr√©sence des √©quipes des films – smoking obligatoire!)¬†Bref, ne voulant prendre aucun risque, je rentre tr√®s en avance pour Tourn√©e.¬†Et m√™me en √©tant 30¬†minutes en avance, je me retrouve au premier rang, la salle pourtant assez grande se retrouvant compl√®te 15¬†√† 20¬†minutes avant le d√©but de la s√©ance – mon ami Corvis l’apprenant √† ses d√©pens.¬†Premier film et premi√®re agr√©able surprise pour moi malgr√© une derni√®re demi-heure un peu plus poussive, Mathieu Amalric signe un joli film d’une belle humanit√©.

Ensuite, vraie premi√®re erreur de ma part, j’ai voulu mon moment d’√©ternit√© sur les marches, je me mets donc dans la file d’attente derni√®re minute (c’est √† dire sans invitations, cf ci-dessus) pour la projection de Wall Street 2.¬†J’ai certes pu rentrer mais si comme le dit la tagline du film ¬ę¬†l’argent ne dort jamais¬†¬Ľ, moi si (d’ailleurs, pour les plus technophiles d’entre vous, pas la peine d’attendre deux jours pour que je vous livre des r√©actions aussi essentielles en sortie de projo.¬†Quand mon iPhone daigne avoir de la batterie, il suffit de me suivre sur Twitter √† l’adresse: http://twitter.com/fandecine Simple, rapide, efficace et LIVE!).¬†Bon sinon √©videmment le frisson de monter les marches mythiques est r√©el, il le sera bien plus √† la premi√®re s√©ance en smoking, peut √™tre lundi pour Biutiful!

Je sors de ce nanar de luxe sign√© Oliver Stone sans savoir encore que √ßa allait √™tre l√† mon dernier film de la journ√©e.¬†Car si tout avait bien commenc√©, je vais vite me rendre compte que si le matin, les festivaliers r√©cup√®rent de leur nuit agit√©e et alcoolis√©e, l’apr√®s midi, TOUTES les s√©ances sont prises d’assaut et mon badge bleu ¬ę¬†Festival¬†¬Ľ ne me donne droit √† aucun passe droit…¬†Aie! Mais avant je m’accorde une pause ¬ę¬†luxe et volupt√©¬†¬Ľ en charmante compagnie √† la terrasse du Carlton.¬†On ne se refuse rien! Le d√©fil√© est impressionnant, notamment deux sculpturales jeunes femmes (russes?) toutes en jambes avec micro short en jeans, t-shirt d√©chir√© et bikini apparent.¬†Vous avez dit too-much?¬†Bienvenue √† Cannes!

Petit passage devant le fameux plateau du Grand Journal de Canal Plus pour constater – assez constern√© – que l’√©mission √©tait enti√®rement r√©p√©t√©e (un ¬ę¬†filage¬†¬Ľ dans le jargon grandeur nature) avec questions pr√©cises des chroniqueurs, reportages et tout et tout….¬†Un envers du d√©cor √©tonnant qui prouve √† quel point tout doit √™tre r√©gl√© au millim√®tre, les enjeux et les sommes engag√©es √©tant trop importantes pour laisser la place au moindre grain de sable (en parlant de sable, la plage a quand m√™me bien √©t√© abim√©e par la temp√™te)

Je me pr√©sente ensuite trop tard pour Un poison violent √† la Quinzaine des r√©alisateurs et je s√®che la Chatroom de Nakata (sans trop de regrets √©tant donn√© les avis partag√©s que je recueille le lendemain) pour cause de soir√©e, la premi√®re (et peut √™tre la derni√®re, qui sait!).¬†Direction une belle plage pour une soir√©e alcoolis√©e et lunet√©e (ch√©rie, ch√©ri!) que je passe entre la piste de danse et une vieille baignoire en fonte o√Ļ je fais assez sensation pour √™tre pris en photo.¬†Je rentr√© gris√© et surtout gris.¬†La t√™te fait mal mais le Festival commence bien!

Festival Cannes SamediSamedi

Les cloches sonnent dans ma t√™te et il est √©videmment impossible pour moi d’√™tre √† la premi√®re projection de 8h30.¬†Je ne sais pas pourquoi mais je pense que cette incapacit√© risque d’√™tre r√©currente surtout quand vous saurez que j’ai 30¬†bonnes minutes de bus pour arriver sur la Croisette le matin. Bref, la t√™te encore embrum√©e du gin de la veille – elle le restera jusqu’au soir d’ailleurs sans avoir besoin de recommencer la moindre goutte d’alcool – je subis le premier revers de la journ√©e: n’ayant pas pu r√©server une place pour le Woody Allen, j’esp√®re rentrer en derni√®re minute.¬†Mais la foule est telle que m√™me toutes les invitations ne pourront pas rentrer – et deviner quoi, mon ami poisseux Corvis en fait √©videmment partie, il se pr√©sente 15¬†minutes avant la s√©ance alors que c’est bien pr√©cis√© sur l’invitation qu’il faut arriver 20 minutes avant la projection! Sacr√© lui…

Mais pour me consoler, je r√©cup√®re une invitation pour le Mike Leigh √† 14h aupr√®s d’une festivali√®re qui faisait la queue avec moi, comme quoi je n’ai pas tout perdu et je file √† la s√©ance de rattrapage de The Housemaid, un thriller cor√©en en comp√©tition bien barr√© et √† l’ambiance tr√®s prenante et d√©rangeante.¬†Une jolie r√©ussite. Et que dire de Another Year du barbu british Mike Leigh?¬†Une superbe chronique, pleine de pudeur et d’intelligence illumin√©e par la performance de Lesley Manville.¬†Tient-on d√©j√† l√† le prix d’interpr√©tation f√©minine de ce 63eme Festival de Cannes? En tout cas, ce n’est pas la pluie qui s’abat sur Cannes qui va doucher l’enthousiasme des spectateurs devant ce film profond√©ment simple et juste sur la vie ¬ę¬†normale¬†¬Ľ – paradoxale √† Cannes o√Ļ la normalit√© n’existe pas, elle est m√™me bannie.

RubberVont ensuite commencer les 3h les plus √©tranges de mon premier Festival, 3h faites d’attentes improbables, de discussions cin√©philes passionn√©es et d’inattendus revirements de situation.¬†Apr√®s un nouvel √©chec √† la Quinzaine, Shit Year √©tant complet, je me pr√©sente 30 minutes avant √† la projection de Belle Epine √† la semaine de la Critique. Et l√†, consternation, une queue immense attend d√©j√† sous la pluie, les agents de s√©curit√©, tr√®s classes dans leurs costumes beige, nous disent que cela ne sert √† rien d’attendre.¬†Effectivement, je ne rentrerais pas! Il est 17h30, le prochain film est √† 20h, c’est le tr√®s buzz√© Rubber de Quentin Dupieux.¬†Constatant dans l’agenda du jour qu’aucun film programm√© jusqu’√† cette heure l√† ne me paraissait essentiel, je d√©cidais de faire la queue pendant 2h30, oui oui vous avez bien lu, 2h30.¬†J’en profitais juste pour aller m’acheter un petit sandwich et je prenais fi√®rement et courageusement ma place en t√™te de la file des badges ¬ę¬†Festival¬†¬Ľ et autres, absolument pas prioritaires face aux badges presse, et autres invitations.¬†Comment meubler ces 2h30?¬†Et bien en r√©alit√©, tr√®s facilement: on discute avec ses voisins de la file ¬ę¬†journaliste¬†¬Ľ, on √©change ses points de vue sur les films d√©j√† vus – plut√īt concordants d’ailleurs, on se fait pote avec le vigile (tr√®s important √ßa!), on constate avec effarement que la queue fait d√©j√† bien 50m de long 1h30 avant le film et surtout on stresse de ne pas rentrer car le film a fait un gros bruit m√©diatique et sont pr√©vus 200 invit√©s pour une salle de 350 places.¬†Je vais faire court: les invit√©s arrivent, la presse commence √† rentrer et basta, plus de places, plus de la moiti√© des journalistes ne rentreront pas, il est donc √©vident que les badges bleus non plus.¬†2h30 d’attente pour rien, ca fait mal, m√™me les vigiles sont d√©gout√©s pour moi.¬†Je mets √©videmment ce superbe √©chec sur le compte de Corvis le poissard qui m’avait rejoint en t√™te de peloton apr√®s s’√™tre √©chapp√© d’un film du March√© absolument naze et dont je tairais par gentillesse le nom. Toutefois, la soir√©e s’annon√ßait plut√īt bien puisqu’ils se murmuraient que nous pourrions rentr√©s √† la soir√©e…Rubber (sans avoir vu le film!).¬†Et l√† le miracle, les vigiles viennent me taper sur l’√©paule discr√®tement et me disent qu’ils m’ont gard√© deux places au chaud.¬†Ni vu ni connu, on se faufile dans la salle avec Corvis pour voir un film barr√© et jouissif, un OFNI assum√© plein de clins d’oeil r√©f√©renc√©s, joyeusement foutraque et pleinement absurde voire abscon (why?¬†No fucking reason!).¬†Bon, bien sur, trop de r√©ussite ne pouvait pas durer: j’ai aid√© Corvis √† essayer de red√©marrer sa voiture en la poussant sur la Croisette – v√©ridique, Corvis n’ayant plus de batteries dans son portable, nous n’avons jamais pu retrouver son pote et, de ce fait, le chemin de LA¬†soir√©e hype du film susnomm√©.¬†Solution de repli?¬†Une bonne pizza, un coucou rapide √† Francois Guerrar, un attach√© de presse, crois√© devant les marches en compagnie de Roschdy Zem et la projection tardive de Kaboom, deuxi√®me mont√©e des marches et m√™me pas un demi-film pour moi puisque j’abandonnais avec regret et assez lachement mon compagnon de projection pour attraper le dernier bus de nuit (merci la ville de Cannes, √† 2h plus de bus!) et pouvoir vous raconter mes aventures avant un sommeil bien m√©rit√© et tr√®s court puisqu’il est d√©j√† 5h du matin.¬†Les critiques attendront un peu, demain dimanche, grosse journ√©e ou √©chec √† r√©p√©tition?¬†Seul le destin nous le dira!

Cannes?¬†Ce n’est pas vraiment du cin√©ma et pourtant ce n’est que du cin√©ma.¬†Sur l’√©cran bien sur mais en coulisses aussi et surtout: business, paillettes, jolies filles, tapis rouge, tourbillon perp√©tuel d’une Quinzaine folle.¬†Qui sait sur quels rivages nous √©chouerons durant la semaine √† venir?¬†Bonne nuit et suite au prochain num√©ro!

Emmanuel Pujol

 

avatar A propos de l'auteur : Emmanuel Pujol (218 Posts)

Fou de cinéma et fou tout court, Emmanuel écrit pour Fan-de-cinema.com, se fait filmer dans Après la Séance et mange, dort, vit cinéma 24 heures/24! De films en festivals, il ne rate rien de l'actu ciné pour vous faire partager ses coups de coeur et ses coups de gueule...


Class√© dans : Festivals · Mots-Cl√©s: ,

Contenus sponsorisés
loading...

4 Réponses pour "Festival de Cannes, vendredi et samedi: premiers pas"

  1. avatar madmax dit :

    Que d’√©motions! Tuas pr√©vu de feire des vid√©os pour nous faire partager l’ambiance ?

  2. avatar eman02 dit :

    Pour les vid√©os, j’ai bien peur que ca ne soit l’an prochain! Par contre, demain RDV sur le Mouv’ en direct √† 19h20 pour faire un premier point sur tous les films cannois

  3. avatar Vlad dit :

    Toujours pas de billet aujourd’hui ? Tu t’est √©gar√© dans la foule, perdu dans une file d’attente interminable ou bien carr√©ment endormi en salle de projection ?

    Je plaisante, je sais par Twitter que tu as r√©ussi √† avoir un invitation pour le film de Kitano. J’attends tes papier avec impatience.

  4. avatar eman02 dit :

    Et depuis le Kitano, il y a eu plein de nouveaux twits! C’est beau la technologie… Sinon pour les billets d’humeur, ils sont tous les deux jours pour l’instant, le prochain sera donc en ligne quand je rentrerais ce soir apr√®s la projo de la meute! Et promis je mets a jour de mes critiques ce soir aussi… Et demain √ßa recommence des 8h30 pour le Xavier Beauvois, pourvu que je me l√®ve!