Articles Commentaires

Cine Blog » Festivals » Festival de Cannes, dimanche et lundi: des films oui, des soir√©es non

Festival de Cannes, dimanche et lundi: des films oui, des soirées non

Le rythme des billets est pris, une fois tous les deux jours pour vous rendre compte de l’ambiance et de l’atmosph√®re qui r√®gne sur la Croisette pendant l’effervescence du Festival.¬†Avec mon badge bleu, impossible de rentrer aux conf√©rences de presse et les invitations aux soir√©es sont rares (pour ne pas dire inexistantes) mais j’arrive quand m√™me √† voir des films et croiser des gens sympas pour parler …¬†cin√© √©videmment…

Dimanche

The Silent HouseLe beau temps est revenu sur la Croisette.¬†Je m’accorde une grasse matin√©e et ne d√©barque que vers 12h30 √† Cannes pour aller m’installer directement dans la queue d’un des films qui avait fait le buzz avant le Festival, le film d’horreur uruguayen, tourn√© en un unique plan-s√©quence avec un appareil photo Canon, j’ai nomm√© la Casa Muda. Je profite de la queue pour taper la discute avec de sympathiques lyonnaises √† la retraite habitu√©es du Festival et je croise Jean Zeid, l’animateur du Mouv’ avec qui je devrais d√®s lundi faire un Contr√īle Technique cin√©ma en direct du Palais √† 19h15.¬†Lui, la carte presse il l’a ce qui lui permet d’arriver 10¬†minutes avant le film et de ne PAS¬†faire la queue, veinard! Il aura la gentillesse de me r√©server des places √† l’orchestre, en vain puisque le vigile – moins sympa au th√©√Ętre St√©phanie qu’au Miramar – m’emp√™chera de le rejoindre pour cause de salle comble (oui enfin, mon si√®ge √©tait libre puisqu’il √©tait reserv√© enfin bref!).¬†R√©sultat?¬†Je me retrouve au balcon juste devant une bande d’adolescentes pr√©-pub√®res qui, m√™me √† la Quinzaine des R√©alisateurs, ne peuvent s’emp√™cher de glousser et de commenter le film.¬†P√©nible et g√Ęchant √©videmment le potentiel effrayant du film.¬†Bon et cette pelloche, en d√©finitive, verdict?¬†M√™me c’est loin d’√™tre une arnaque √† la Paranormal Activity et que la tension est habilement mont√©e en √©pingle, le twist certes surprenant rend √† mes yeux la premi√®re partie du film totalement incoh√©rente.¬†Un nouveau visionnage en DVD s’impose en connaissant le fin mot de l’intrigue.¬†Il reste la prouesse technique de cette unique plan-s√©quence de 72¬†minutes totalement bluffant.

Les Amours ImaginairesJ’avale un sandwich et j’enchaine ensuite avec Les amours imaginaires, le nouveau film du petit surdou√© canadien de 21¬†ans, Xavier Dolan, pr√©sent√© dans la section ¬ę¬†Un certain regard¬†¬Ľ. Ma journ√©e avait une certaine logique puisqu’apr√®s ¬ę¬†j’ai tu√© mon p√®re¬†¬Ľ dans la casa muda, je me retrouve devant le 2nd film du r√©alisateur de j’ai tu√© ma m√®re! Tr√®s esth√©tique, parfois maladroit dans ses r√©f√©rences, mani√©r√© parfois √† l’extr√™me, attachant et aga√ßant,¬† le film confirme que Dolan est une jeune figure montante du cin√©ma mondial √† suivre de tr√®s pr√®s.

Je m’autorise ensuite une pause diner dans un excellent restaurant libanais, menu qui me permettra sans doute de tenir 2¬†ou 3¬†jours sans manger tellement c’√©tait copieux! Le reste de la soir√©e allait consister √† trouver un film auquel je pourrais assister.¬†Le Allen peut √™tre?¬†Rat√©, la s√©ance est compl√®te.¬†Alors le Kitano?¬†Encore rat√©, la s√©ance est r√©serv√©e √† la presse et ce m√™me si la salle n’est pas remplie.¬†Je me retourne donc vers La Mirada invisible, film argentin de la Quinzaine des r√©alisateurs, que je d√©couvre dans une nouvelle salle, les Arcades, un des cin√©mas permanents de Cannes. Le film est loin d’√™tre inint√©ressant mais la fatigue a raison de ma r√©sistance, mes lentilles commencent √† coller et je m’assoupis g√©n√©reusement. Je peux quand m√™me vous dire que le film raconte l’histoire d’une surveillante d’un coll√®ge obs√©d√© par l’un des jeunes √©l√®ves et que le surveillant principal appr√©cie beaucoup, le tout sur fond de dictature argentine touchant √† sa fin.¬†Un film fort et intriguant!

Il est temps pour moi de rentrer en bus et de d√©cliner l’invitation de Corvis √† l’accompagner √† la 2eme et derni√®re projection de minuit, celle de l’Autre monde de Gilles Marchand dont mon acolyte ressortira mi-figue mi-raisin. Et comme la veille, c’est l√† que j’ai les conversations les plus int√©ressantes du Festival, cette fois avec un allemand qui bossait pour Arte et qui √©tait devenu investment manager pour une boite de prod luxembourgeoise… ou comment faire passer 20¬†minutes de transport p√©nibles en moments instructifs et positifs!

OutrageLundi

Pas plus que la veille, je n’arrive √† me lever t√īt.¬†J’arrive donc tout juste aux abords du Palais pour tenter ma chance en derni√®re minute pour Outrage de Kitano en comp√©tition officielle. Je n’ai m√™me pas le temps de stresser qu’un vigile me voyant courir me tend une invitation que je m’empresse d’accepter au nez et √† la barbe d’un vieux monsieur qui, faut de badge, n’aurait de toutefa√ßon pas pu en profiter.¬†Nouvelle mont√©e des marches pour moi, j’en deviens presque blas√©, vivement ma premi√®re en smoking! Et le film me direz-vous?¬†Kitano brode de mani√®re ultra-violente sur le th√®me de la vengeance et du respect du code de l’honneur chez les mafieux yakuza.¬†C’est esth√©tiquement assez recherch√© dans la fa√ßon de tuer et de torturer mais le film se r√©sume √† une surench√®re perp√©tuelle dans les r√®glements de compte.¬†En un mot, d√©cevant! Le public semblant partager mon avis en quittant progressivement la salle.

CaranchoPas le temps de respirer, je sors √† peine de la salle et je tente ma chance (sans grand espoir) pour la salle Debussy (encore une salle du Palais que je ne connais pas!) pour Carancho, le nouveau Pablo Trapero qui avait secou√© la Croisette avec Leonera en 2008 et qui retrouve pour l’occasion son actrice f√©tiche, Martina Gusman. Voil√† le genre de film que j’aime bien, une chronique sociale doubl√©e d’une com√©die romantique avec un fond de film noir dont les deux personnages principaux¬† sont durement chahut√©s par la vie, un avocat d√©chu qui cherche des victimes d’accidents √† arnaquer et une m√©decin urgentiste drogu√©e au bord du surmenage.¬†Fort, tr√®s fort m√™me si la sc√®ne finale, trop attendue et √©vidente, vient un peu g√Ęcher le tableau d’ensemble.

D√©cid√©ment, ma journ√©e √©chappe aux √©checs puisque j’enchaine par un 3eme film, cette fois s√©lectionn√© √† la Quinzaine des r√©alisateurs, un des rares (si ce n’est le seul d’ailleurs!) film isra√©lien de la quinzaine,HaMeshotet (le Vagabond) d’un jeune r√©alisateur qui vient du cin√©ma exp√©rimental.¬†Et je dois bien avouer qu’au bout de cette heure et demi d’errance, je regrettais presque de ne pas avoir √©t√© refoul√© √† l’entr√©e.¬†C’est peu de dire que je n’ai pas √©t√© conquis par ce vagabond qui repr√©sente √† mes yeux le pire du cin√©ma ind√©pendant intello.¬†Je suis tr√®s s√©v√®re mais filmer pendant 30s en gros plan des oeufs en train de cuire, c’est trop arty et conceptuel pour mes capacit√©s intellectuelles.¬†M√™me si le film n’est pas d√©nu√© d’humour, m√™me s’il traite de th√®mes que l’on retrouve souvent dans ce Festival (le rapport au p√®re, le mal-√™tre sexuel), il m’a plus ennuy√© que touch√©.¬†Suivant!

19h, c’est l’heure de me rendre dans les entrailles du Palais pendant que l’√©quipe de Biutiful¬† – que je n’ai pas pu voir aujourd’hui et que je dois absolument rattrap√© demain soir – montait les marches pour la premi√®re √©mission du Mouv’ en direct de Cannes.¬†Pendant une petite demi-heure entrecoup√©e de musique et d’infos, on a fait un premier bilan de ce 63eme Festival, constatant √† l’unanimit√© qu’aucun film n’avait suscit√© un enthousiasme g√©n√©ral, que la comp√©tition officielle manquait de force et de folie et que finalement les films les plus int√©ressants et les plus audacieux se trouvaient pour l’instant dans les sections parall√®les. Suite mardi soir pour un nouveau contr√īle technique cin√©ma (en fonction √©videmment des projections pr√©vues!).¬†On a ensuite refait l’√©mission autour d’une bonne bi√®re, j’ai aval√© un hamburger rapidement dans une chaine de fast food am√©ricaine dont je tairais le nom (elle n’a pas besoin de moi pour faire sa pub!) et je rejoignais Corvis dans le Palais (encore une nouvelle salle, la Bunuel cette fois) pour mon 4eme et dernier film de la journ√©e dans un genre compl√®tement diff√©rent des 3 pr√©c√©dents, un film id√©al pour finir une telle journ√©e et que j’esp√©rais √™tre un petit plaisir coupable, j’ai nomm√© la Meute, nouvelle tentative de cin√©ma d’horreur √† la fran√ßaise.¬†Initialement pr√©vu sur la plage, la projection a du √™tre relocalis√© dans le Palais suite √† une demande du CNC, le film √©tant interdit aux moins de 12 ans.¬†Au final, le film commence plut√īt bien mais manque cruellement d’enjeux, d’un climax digne de ce nom et h√©site trop longtemps entre humour et angoisse pour au final rendre une copie certes pas ridicule mais totalement bancal.¬†Dommage!

Ca sera tout pour ce soir.¬†A partir de demain, je rattrape les nombreux papiers que j’ai en retards et surtout surtout j’inaugure les s√©ances matinales puisque j’ai r√©cup√©r√© une invitation pour la projection de 8h30 de Des Hommes et des Dieux, le 3eme et dernier film fran√ßais en comp√©tition.

A mercredi soir pour un nouveau billet et d’i√ßi l√† rendez vous √©videmment sur Twitter: www.twitter.com/fandecine pour suivre mes aventures en direct de la croisette!

Emmanuel Pujol

avatar A propos de l'auteur : Emmanuel Pujol (218 Posts)

Fou de cinéma et fou tout court, Emmanuel écrit pour Fan-de-cinema.com, se fait filmer dans Après la Séance et mange, dort, vit cinéma 24 heures/24! De films en festivals, il ne rate rien de l'actu ciné pour vous faire partager ses coups de coeur et ses coups de gueule...


Class√© dans : Festivals · Mots-Cl√©s: ,

Contenus sponsorisés
loading...

4 Réponses pour "Festival de Cannes, dimanche et lundi: des films oui, des soirées non"

  1. avatar Zelda dit :

    Dans ton prochain billet, tu pourrais nous donner ton favori pour la palme ? Il y a d√©j√† pas mal de bruits de couloirs alors que le festival n’est pas termin√© (on parle beaucoup du film de Inarritu par exemple)

  2. avatar eman02 dit :

    Chère Zelda,

    Je donnerais mes favoris pour le palmar√®s √† la fin de la semaine car comme le dit le dicton populaire, c’est √† la fin du bal qu’on paie les musiciens…

    Et ce d’autant plus que les projections d’Inarritu √©tant prises d’assaut, je l’ai loup√©! Mais je vais me rattraper, c’est promis! Et le film de Beauvois, Des Hommes et des Dieux, a mis une belle claque, bien aust√®re, aux Festivaliers aujourd’hui!

    A demain pour le billet d’humeur, ce soir je suis de critiques!

  3. avatar zelda dit :

    Tu peux me dire ¬ęcher¬Ľ car je suis bien un gar√ßon ! Mais ce pseudo me plait bien.

    snif, j’attendrais donc la fin du festival pour ton pronostic √† condition bien sur que tu le donnes avant l’annonce des r√©sultats ….

  4. avatar eman02 dit :

    Pardon Zelda pour la confusion mais Zelda restera toujours la princesse de Link ūüėČ

    Sinon tu auras bien sur mes pronostics avant l’annonce des r√©sultats. Je pense que tu les trouveras dans mon billet de vendredi soir!