Articles Commentaires

Cine Blog » Festivals » Festival de Deauville 2009, le palmar√®s et le bilan!

Festival de Deauville 2009, le palmarès et le bilan!

Le palmarès

Le palmar√®s du 35eme Festival du film am√©ricain de Deauville vient d’√™tre d√©voil√©e.¬†Le voici sans plus attendre

Grand prix du Jury: The Messenger de Oren Moverman

Prix du Jury ex-aequo: Sin Nombre de Cary Joji Fukunaga & Precious de Lee Daniels

Prix de la Révélation Cartier: Humpday de Lynn Shelton

Prix de la Critique Internationale: The Messenger de Oren Moverman

Palmares du Festival de Deauville 2009Que dire de ce palmar√®s?¬†Que le jury pr√©sid√© par Jean-Pierre Jeunet a choisi¬† de primer un film fort, sobre et subtil qui √©vite – contrairement √† beaucoup d’autres – de tomber dans un pathos lacrymal insupportable.¬†Et pourtant le sujet √©tait particuli√®rement casses-gueule. The Messenger a m√™me √©t√© doublement r√©compens√© puisqu’il a aussi √©t√© prim√© par la Critique Internationale (j’ai encore oubli√© de demander au bureau des organisateurs qui exactement votaient pour ce prix!)

Pour le prix du jury, on sent presque derri√®re ces deux r√©compenses accord√©es la quasi-obligation de primer Precious qui a du faire d√©bat dans le Jury.¬†En revanche, Sin Nombre n’en suscite aucun, tant voil√† une belle histoire d’amour dans un contexte g√©o-politique tr√®s sensible (l’immigration clandestine du Mexique vers les Etats-Unis et la chasse gard√©e de ce trafic d’hommes par des gangs ultra-violents).

Par contre, le choix du Jury de la r√©v√©lation Cartier pr√©sid√© par Maiwenn est plus qu’√©trange tant Humpday, pas mauvais mais plut√īt anecdotique, ne rec√®le en lui aucune ¬ę¬†qualit√© novatrice¬†¬Ľ, d√©finition m√™me (√ī combien vague, je vous l’accorde) de ce prix dans le dossier de presse. Le film de Lynn Shelton est tourn√© en cam√©ra √† l’√©paule, de fa√ßon presque caricaturalement indie, sans recherche de cadres.¬†Seule originalit√© pr√©sum√©e?¬†La grande libert√© donn√©e √† ses acteurs d’improviser les sc√®nes √† en croire les r√©alisatrices.¬†Pourquoi ne pas plut√īt primer le naif mais joli Harrison Montgomery? Ou encore Cold Souls, certes rat√© mais au sujet vraiment in√©dit? Voire m√™me Wolrd’s Greatest Dad pour son cynisme d√©rangeant! Ce prix de la r√©v√©lation Cartier avec un 2eme jury ind√©pendant du premier suscite donc de vraies questions sur sa nature m√™me.¬†Il serait peut √™tre plus judicieux de r√©compenser le meilleur sc√©nario ou le meilleur acteur car en l’√©tat ce prix semble plut√īt inutile et peu porteur pour le film (Ballast, laur√©at 2008, n’est toujours pas sorti en salles en France!)

Le bilan

2eme Festival de Deauville pour moi et une constatation imm√©diate: les films pr√©sent√©s cette ann√©e tant en comp√©tition qu’en avant premi√®res ne m’ont pas procur√© autant d’√©motion et de rafraichissantes surprises qu’en 2008.¬†Les programmateurs avaient ax√© leur choix sur un m√©lange de com√©dies et de m√©lodrames.¬†R√©sultat des courses?¬†On a surtout beaucoup voulu nous faire pleurer en Normandie durant cette √©dition.¬†Alors que le soleil a brill√© presque sans interruption au bord de la mer, la temp√©rature √©tait beaucoup plus fraiche dans les salles.¬†Heureusement, quelques films sortent du lot en ayant su donner de vraies √©motions aux spectateurs sans pathos lourdingues et/ou sc√©narios cousus de fil blanc.

Sur les 18 films vus hors compétition, je pense notamment à City Island (malgré une ultime réflexion en voix off bien maladroite et agaçante), à Like Dandelion Dust (vraiment poignant) ou à la charmante comédie romantique 500 days of Summer (à partir du 30 septembre sur vos écrans). La claque du Festival restera District 9, un film de science-fiction très original tant dans sa mise en scène que dans son scénario, qui révèle tout le talent visionnaire du jeune réalisateur Neil Blompkamp (en salles le 16 septembre)

C√īt√© stars, on ne peut pas dire qu’elles se soient bouscul√©es sur le tapis rouge.¬†Outre les hommages pr√©vues de longue date, seuls Meryl Streep et Steven Soderbergh ont fait le d√©placement, c’est peu surtout compar√© √† l’affluence de vedettes √† la Mostra de Venise.

Pour le reste, que puis-je rajouter que je n’ai d√©j√† √©t√© dit dans mes billets quotidiens? R√©flexions en vrac:

  • Que je ne remercie pas les photographes people vulgaires et bruyants pour leurs r√©flexions de piliers de comptoir pendant que d’honn√™tes journalistes essayaient tant bien que mal d’√©crire leurs articles (je me compte dans ce lot l√†!) dans une salle de presse toujours aussi d√©primante (pas de fen√™tres, trois pauvres ordis fixes, une clim √† fond).
  • Que le retard perp√©tuel des conf√©rences de presse ayant conduit √† en √©courter plus d’une √©tait du √† une organisation aberrante: apr√®s le photo call, les intervenants devaient d’abord passer √† l’interview de la t√©l√© du Festival puis pouvaient boire un verre et seulement enfin venir r√©pondre aux questions des journalistes.¬†C’est bien beau mais √ßa aurait √©t√© plus malin de faire l’inverse pour ne pas faire attendre pour rien les journalistes en moyenne 30¬†minutes et pour ne pas risquer de faire manquer le film suivant au C.I.D.
  • Qu’il y avait une grande nervosit√©, pour ne pas dire violence, dans l’air au moment de la distribution des pr√©cieux s√©sames pour les s√©ances ¬ę¬†rouges¬†¬Ľ du soir.¬†C’est √©tonnant de voir se transformer d’honn√™tes grands-parents en tornades beuglantes et poussantes pour un simple bout de carton. La m√™me sc√®ne se r√©p√©tait √† l’entr√©e de la salle pour les possesseurs d’invitations ¬ę¬†derni√®re minute¬†¬Ľ ne garantissant pas l’acc√®s. Il faut dire que l’organisation tr√®s amateure n’aidait pas √† r√©tablir le calme.
  • Soyons positifs un peu aussi, qu’il est toujours aussi agr√©able et plaisant de voir un film sur l’√©cran g√©ant du C.I.D.¬†qui offre un confort et une qualit√© de visionnage assez incroyable.
  • Que l’interpr√®te qui officiait √† la traduction de la plupart des conf√©rences de presse est une grande profesionnelle tout √† fait remarquable (au contraire de David, pr√©sentateur certes sympathique mais aux traductions beaucoup trop approximatives)
  • Que Deauville est une petite ville tr√®s agr√©able la semaine quand elle n’est peupl√©e que de festivaliers vraiment passion√©s de cin√©ma
  • Enfin que j’esp√®re de tout coeur revenir l’an prochain pour la 3eme fois cons√©cutive vous faire vivre une fois encore ce Festival vraiment pas comme les autres.¬†Si tout va bien, je devrais pouvoir mettre en ligne une vid√©o r√©sumant notre Festival tr√®s bient√īt et je croise les doigts pour que l’an prochain, nous puissions en faire une tous les jours ou presque

Encore une fois merci √† tous et s√Ľrement √† l’an prochain, √† Deauville ou ailleurs, l’essentiel est que nous parlions cin√©ma et que nous partagions ensemble notre amour du 7eme art.

Emmanuel Pujol

avatar A propos de l'auteur : Emmanuel Pujol (218 Posts)

Fou de cinéma et fou tout court, Emmanuel écrit pour Fan-de-cinema.com, se fait filmer dans Après la Séance et mange, dort, vit cinéma 24 heures/24! De films en festivals, il ne rate rien de l'actu ciné pour vous faire partager ses coups de coeur et ses coups de gueule...


Class√© dans : Festivals · Mots-Cl√©s: , ,

Contenus sponsorisés
loading...

2 Réponses pour "Festival de Deauville 2009, le palmarès et le bilan!"

  1. avatar Youlie dit :

    C’est d√©j√† fini ? ūüôĀ
    Merci Eman en tout cas pour toutes ces infos et ces critiques sans langue de bois ! ^^
    Vivement les images illustrant cette prose… et quoi qu’il en soit, l’ann√©e prochaine on reviendra aussi, ‘souris au point, clavier toujours pr√™t’, suivre avec plaisir tes aventures sur les c√©l√®bres planches…

  2. avatar eman02 dit :

    Et oui c’est DEJA fini…

    Pour revenir sur le prix de la r√©v√©lation Cartier, je viens d’entendre une interview de Maiwenn, pr√©sidente du Jury Cartier, dire que ca avait √©t√© difficile de d√©partager Humpday, Precious et The Good Heart soit concr√®tement trois des films les moins ‘novateurs’ de la comp√©tition…

    Elle a ajout√© qu¬†¬ĽHumpday’ avait finalement √©t√© choisi car il avait une audace ‘toute europ√©enne’… Ah bon? Elle doit pas beaucoup regarder de films ind√©pendants am√©ricains…

    D√©cid√©ment, je ne comprends pas ce prix…