Articles Commentaires

Cine Blog » Festivals » CompĂ©tition officielle Deauville 2008: un superbe bouquet final

Compétition officielle Deauville 2008: un superbe bouquet final

Autant la compétition avait commencé cahin caha, autant elle s’est achevé sur trois films indiscutablement réussis. A croire que les programmateurs du festival ont respecté le fameux proverbe italien, “chi va piano, va sano e chi va sano, va lontano”.

Vendredi matin, American Son contait les 96 dernières heures d’un jeune Marine avant son départ en Irak. Encore une peinture réaliste de la jeunesse américaine, véritable thème principal de cette compétition. On retrouvait cette problématique samedi matin avec Towelhead dans lequel une jeune américano-syrienne de 13 ans s’éveillait aux plaisirs du sexe tout en étant confronté à un racisme ordinaire et multiple.

The Visitor

Entre temps, The Visitor avait un peu détonné dans cette sélection officielle puisque le film ne mettait en scène aucun adolescent ou enfant, la seule exception en 11 films. Le film est une petite pépite sur la tolérance et l’ouverture aux autres cultures, notamment à travers la musique. C’est subtil et déroutant, une belle réussite.

Pour retrouver les critiques de chacun de ses films, il vous suffit de cliquer dans l’article sur le titre des films.

avatar A propos de l'auteur : Emmanuel Pujol (218 Posts)

Fou de cinéma et fou tout court, Emmanuel écrit pour Fan-de-cinema.com, se fait filmer dans Après la Séance et mange, dort, vit cinéma 24 heures/24! De films en festivals, il ne rate rien de l'actu ciné pour vous faire partager ses coups de coeur et ses coups de gueule...


ClassĂ© dans : Festivals · Mots-ClĂ©s: ,

Contenus sponsorisés
loading...

Une Réponse pour "Compétition officielle Deauville 2008: un superbe bouquet final"

  1. avatar youlie dit :

    Merci de ne pas nous rĂ©vĂ©ler l’histoire de The Visitor !! Trop souvent dans certaines critiques, on connaĂ®t toute l’histoire et les rebondissements ce qui enlève de la surpris et du plaisir lors de la vision de l’oeuvre… Et mĂŞme sans ça, la critique donne envie !