Articles Commentaires

Cine Blog » Films » Waitress, au cinĂ©ma le 5 septembre

Waitress, au cinéma le 5 septembre

L’Histoire

WaitressJenna, serveuse favorite chez Joe’s Diner, est aussi apprĂ©ciĂ©e des clients pour son gracieux sourire que pour ses succulentes tartes. Moins heureuse en amour, Jenna est affligĂ©e d’un mari comme on n’en fait – presque – plus : Earl. Un beau matin, Jenna dĂ©couvre avec horreur qu’elle est tombĂ©e enceinte de cet homme.

Elle se rend alors chez le nouveau gynĂ©cologue de sa petite ville, le timide et charmant Docteur Pomatter…dont elle tombe immĂ©diatement amoureuse.

S’ensuit une liaison torride, qui compliquera encore un peu plus sa vie. Au fil des semaines, le ventre de la jolie serveuse s’arrondit, et une subtile mĂ©tamorphose s’opĂšre en elle sous le regard complice de ses collĂšgues et amies Becky et Dawn et de son vieux patron, Joe.

Jenna se dĂ©couvre des ressources insoupçonnĂ©es, un courage, des aptitudes et une facultĂ© de rĂ©sistance qu’elle ne se connaissait pas. Sa vie semble dĂ©sormais avoir un sens.

Notes de Production

«Je n’ai pas besoin d’un bĂ©bĂ©, je veux pas d’embrouilles. Tout ce que je veux, c’est continuer Ă  faire des tartes. Point final.» – Jenna, dans WAITRESS «J’ai Ă©crit ce film au huitiĂšme mois de ma grossesse, Ă  l’époque oĂč l’idĂ©e de devenir mĂšre m’inspirait une crainte profonde», avouait la scĂ©nariste/rĂ©alisatrice et comĂ©dienne Adrienne Shelly. «Je n’arrivais pas Ă  imaginer mon avenir, je me sentais sur le point de perdre mon identitĂ©. Les femmes n’aiment pas Ă©voquer de telles peurs, car c’est presque un sacrilĂšge de dire qu’on redoute la maternitĂ©. Je n’avais jamais vu cette rĂ©action illustrĂ©e au cinĂ©ma, et Ă  fortiori dans une comĂ©die. J’ai donc eu envie d’en parler». «Je savais aussi que la naissance d’un enfant dĂ©clenche en vous un autre genre d’amour, diffĂ©rent de tous ceux qu’on a Ă©prouvĂ©s jusqu’alors. Un amour total, absolu, inconditionnel, qui change votre vie pour le meilleur. Ce film est un message d’amour Ă  ma fille.»

WaitressAdrienne Shelly dĂ©cida de compliquer encore un peu plus la donne en plaçant sa jeune hĂ©roĂŻne au coeur d’un Ă©pineux dilemme sentimental. MariĂ©e Ă  un homme Ă©goĂŻste, macho et dominateur, Jenna se dĂ©couvre soudain une folle passion pour le seul gynĂ©co de la ville! La situation, qui pourrait aisĂ©ment virer au mĂ©lo social, donne lieu Ă  une comĂ©die romantique empreinte d’humour et d’espoir – une cĂ©lĂ©bration gourmande des pouvoirs magiques de l’amitiĂ©, de la maternitĂ©, du courage… et de la pĂątisserie. Car la belle Jenna a une qualitĂ© prĂ©cieuse, qui la sauve du naufrage : c’est une pĂątissiĂšre hors pair ! Rien d’étonnant : Adrienne Shelly lui a communiquĂ© sa propre passion : «Il me semblait important que Jenna possĂšde un don bien Ă  elle, qui stimulerait les papilles gustatives et les zygomatiques des spectateurs. C’est pour cela que nous avons mis autant de tartes dans WAITRESS.» Le public du Festival de Sundance qui dĂ©couvrit le film en janvier 2007, rĂ©agit instantanĂ©ment au charme, Ă  l’humour, aux saveurs inattendues et Ă  l’optimisme foncier de WAITRESS. Une rĂ©action d’autant plus touchante qu’ Adrienne Shelly n’était plus lĂ  pour la partager. Sauvagement agressĂ©e Ă  son domicile new-yorkais en novembre 2006, elle n’a jamais su que son film avait Ă©tĂ© sĂ©lectionnĂ© pour le plus prestigieux des festivals du cinĂ©ma indĂ©pendant.

«J’ai peine Ă  croire que je suis ici, sans elle», dĂ©clarait Ă  cette occasion le producteur Michael Roiff. «WAITRESS reprĂ©sentait dans sa carriĂšre un tournant majeur, et elle tenait Ă  ce qu’il soit montrĂ© Ă  Sundance. Le voir dans ces circonstances est Ă  la fois un bonheur et une Ă©preuve, mais j’entends en moi une voix – c’est celle de Adrienne, qui me dit : «Allez, sois heureux, n’est-ce pas formidable ?»

Les serveuses

WaitressJenna et les personnages clĂ©s de WAITRESS appartiennent aux classes laborieuses et Ă  une profession rarement illustrĂ©e Ă  l’écran. PrĂȘtant une attention particuliĂšre Ă  la vĂ©racitĂ© de cette comĂ©die rĂ©gionale, Adrienne Shelly commença par faire passer des castings pour trouver son hĂ©roĂŻne. Cette femme Ă  l’itinĂ©raire mouvementĂ© devait nous sĂ©duire Ă  la fois par son humour, ses Ă©lans amoureux, ses scrupules, sa rĂ©silience et, finalement, son immense courage. Un tel parcours n’était pas Ă©vident, mais il Ă©tait au moins une actrice Ă  qui cela ne posait aucun problĂšme : Keri Russell.

DĂ©couverte Ă  l’ñge de 15 ans dans le «New Mickey Mouse Club», Keri a triomphĂ© dans le rĂŽle-titre de la sĂ©rie «Felicity» avant de tourner dans des films aussi divers que LES BIENFAITS DE LA COLÈRE ou MISSION : IMPOSSIBLE 3. Sa beautĂ© naturelle en a fait une Ă©gĂ©rie des cosmĂ©tiques CoverGirl, mais WAITRESS allait lui donner l’occasion d’exploiter bien d’autres facettes de son talent, dans un registre plus quotidien, plus rĂ©aliste, nourri d’un mĂ©lange d’humour corsĂ© et de sensibilitĂ©. «J’ai su dĂšs la premiĂšre seconde, qu’elle Ă©tait notre Jenna. Keri Ă©tait profondĂ©ment touchante et trĂšs exactement dans la note», dĂ©clarait Adrienne Shelly sur le plateau. SĂ©duite par l’écriture incisive de WAITRESS, Keri Russell notait de son cĂŽtĂ© : «C’est un film qui Ă©voque les multiples visages de l’amour. Son script, Ă  la fois drĂŽle et poignant, est d’une qualitĂ© exceptionnelle. Je me suis Ă©galement plu Ă  jouer «sobrement», entourĂ©e de personnages dĂ©bordant d’humour, et face Ă  qui j’avais le plus grand mal Ă  garder mon sĂ©rieux. J’ai vite compris que tout le monde faisait ce film pour de bonnes raisons. J’ai trouvĂ© les gens plus motivĂ©s que sur bien d’autres tournages. Et lorsque j’ai vu le film Ă  Sundance, j’ai pleinement ressenti l’espĂ©rance et la tendresse dont il Ă©tait porteur.»

WaitressAux prises avec une premiĂšre grossesse et une situation matrimoniale dĂ©sastreuse, Jenna peut compter sur la solidaritĂ© et l’humour de ses deux copines du Joe’s Diner, Dawn et Becky, aussi dĂ©cidĂ©es qu’elle Ă  amĂ©liorer leur condition. Dawn est interprĂ©tĂ©e par Adrienne Shelly, et l’exubĂ©rante Becky par Cheryl Hines, deux fois citĂ©e Ă  l’Emmy dans la sĂ©rie «Larry et son nombril».

«Je suis une grande fan de Cheryl, et j’ai Ă©tĂ© ravie qu’elle se joigne Ă  nous», dĂ©clarait la rĂ©alisatrice. Et Cheryl Hines : «Adrienne a Ă©crit un script Ă©mouvant, drĂŽle, authentique qui m’a tout de suite donnĂ© une envie folle de participer Ă  son film. J’ai particuliĂšrement apprĂ©ciĂ© la complicitĂ© qui s’est instaurĂ©e sur le plateau entre Keri, Adrienne et moi. Toute l’équipe Ă©tait bourrĂ©e de talent, et c’était un rĂ©el privilĂšge de jouer avec de tels acteurs. Nous sommes devenus de vrais amis, ravis d’habiter pour un temps dans un univers aussi particulier que le Joe’s Diner.»

Les Hommes

L’amitiĂ©, la solidaritĂ© fĂ©minine, le pouvoir de l’amour maternel sont les thĂšmes clĂ©s de cette comĂ©die dramatique, oĂč la «guerre des sexes» engendre d’hilarants conflits. Adrienne Shelly accorda la mĂȘme attention au casting de ses personnages masculins, qu’elle voulait risibles et exaspĂ©rants mais, surtout, profondĂ©ment humains et authentiques.

WaitressPour interprĂ©ter l’odieux mari de Jenna, Adrienne Shelly pensa d’emblĂ©e Ă  Jeremy Sisto, qu’elle avait eu pour partenaire en 1999, dans le petit thriller new-yorkais DEAD DOG. Entre-temps, Sisto s’était imposĂ© dans la sĂ©rie Ă  succĂšs «Six Feet Under», le drame THIRTEEN (avec Holly Hunter) et la rĂ©cente sĂ©rie «Kidnapped» par son jeu d’une rare intensitĂ©. «Je pressentais qu’il aurait un fort impact dans ce film», expliquait Shelly, «et il m’a apportĂ© tout ce que je souhaitais.» Sisto fut impressionnĂ© par le scĂ©nario et son approche rĂ©solument humoristique et optimiste d’une crise conjugale qui aurait pu donner lieu aux pires excĂšs dramatiques : «Adrienne permet au spectateur de rire de certains personnages qui seraient pĂ©nibles Ă  observer dans d’autres films, et ce sans rien sacrifier du caractĂšre poignant de cette situation.» C’est d’ailleurs ce script qui dĂ©cida l’acteur Ă  s’essayer pour la premiĂšre fois Ă  la comĂ©die : «Le genre ne m’attire pas particuliĂšrement, mais j’ai toujours admirĂ© le travail d’actrice et de rĂ©alisatrice d’Adrienne et j’ai trouvĂ© beaucoup de tendresse et d’humour dans ce scĂ©nario si diffĂ©rent de mes films prĂ©cĂ©dents. La comĂ©die s’ancre ici dans la vraie vie, elle ne se contente pas d’enchaĂźner pas les bons mots et les rĂ©pliques qui font mouche, elle scrute des personnalitĂ©s vivantes, avec leurs failles et leurs excĂšs. Earl, par exemple, m’est apparu comme un type bourrĂ© de contradictions, profondĂ©ment insĂ©curisĂ©, qui ne peut se passer de la prĂ©sence de Jenna. Toutes ces facettes le rendaient particuliĂšrement intĂ©ressant Ă  jouer.»

Nathan Fillion interprĂšte l’unique gynĂ©cologue/obstĂ©tricien de la ville, le trĂšs romantique Docteur Pomatter dont va s’éprendre Jenna. «Il me fallait le genre de gars «beau et con Ă  la fois», qui n’est mĂȘme pas conscient de son physique», expliquait avec humour la rĂ©alisatrice. Nathan Fillion, consacrĂ© par la sĂ©rie «Firefly» et son adaptation au grand Ă©cran, Ă©tait un candidat tout dĂ©signĂ©. «Pomatter est un grand crĂ©tin, mais son look Ă  la Harrison Ford m’enchante», disait en riant Shelly. Pour Fillion, WAITRESS Ă©tait assurĂ©ment un changement majeur : «J’ai jouĂ© des aventuriers du cosmos et des superflics, mais c’est la premiĂšre fois que j’incarne un gynĂ©co. À l’image de tous mes partenaires, c’est l’humour, la qualitĂ© d’émotion et le cĂŽtĂ© tranche de vie (ou faut-il dire «tranche de cake»?) du script qui m’ont attiré». Le troisiĂšme homme de l’histoire est le vieux Joe, patron du Diner, qui couve Jenna d’un oeil paternel (et discrĂštement amoureux).

«La participation d’ Andy Griffith tenait du rĂȘve», dĂ©clarait Shelly. Nous osions Ă  peine l’espĂ©rer. Il a fait un travail superbe dans ce film oĂč il est rĂ©ellement bouleversant.»

La prĂ©sence du vĂ©tĂ©ran eut un effet immĂ©diat sur ses partenaires. «Sa voix est Ă©trangement apaisante», explique Fillion. «On croit entendre son vieil oncle ou son grand-pĂšre, on a l’impression de le connaĂźtre depuis toujours.» À l’instar des autres comĂ©diens, Griffith fut sĂ©duit par l’écriture des personnages et l’assurance de Shelly : «Adrienne n’est pas seulement une excellente scĂ©nariste, mais une rĂ©alisatrice attentive et inventive, qui a beaucoup insistĂ© pour que je joue ce personnage tel qu’elle l’avait vu et entendu dans sa tĂȘte.»

Des tartes pour tous les goûts

Waitress

Keri Russel

ÉlevĂ©e Ă  la dignitĂ© d’un art, la pĂątisserie joue dans WAITRESS un rĂŽle central, au point qu’on pourrait considĂ©rer comme des personnages Ă  part entiĂšre les dizaines de succulentes tartes qu’ Adrienne Shelly fait dĂ©filer sous nos yeux. «Ayant toujours adorĂ© confectionner des tartes, j’ai voulu que ce film baigne dans une atmosphĂšre de sensualitĂ© gourmande», expliquait-elle. «J’aime la tarte aux pommes, la tarte au citron meringuĂ©e, la tarte aux noix de pĂ©can, la tarte caramĂ©lisĂ©e aux noix et au chocolat… Bref, j’ai la folie des tartes.» Adrienne Shelly prĂȘta Ă  Jenna sa propre passion et lui concocta quelques recettes inventives de son cru. Sont ainsi nĂ©es :

  • La tarte JE NE VEUX PAS DU BÉBÉ D’EARL tarte salĂ©e Ă  base d’oeufs, de brie fondu et de jambon fumĂ©
  • La tarte MON PIED AU CUL : tarte avec crĂšme pĂątissiĂšre parfumĂ©e Ă  la cannelle
  • La tarte BÉBÉ HURLE AU BEAU MILIEU DE LA NUIT ET ME POURRIT LA VIE : tarte au fromage, pĂ©cans et muscade
  • La tarte EARL VA ME TUER SI JE LE FAIS COCU : coulis de mĂ»res et groseilles baignant dans une sauce chocolatĂ©e
  • Le flan Ă  la vanille et Ă  la banane JE NE PEUX PAS TROMPER EARL PARCE QUE C’EST MAL ET QU’IL EST CAPABLE DE ME TUER
  • La tarte LOSER ENCEINTE ET LARMOYANTE : cake et bouillie de cĂ©rĂ©ales. Le tout flambĂ©, bien sĂ»r.

Plus de 200 tartes furent ainsi rĂ©alisĂ©es au fil du tournage – un challenge inhabituel auquel s’attaquĂšrent goulĂ»ment Shelly, le producteur Michael Roiff, le dĂ©partement accessoires et une conseillĂšre spĂ©ciale engagĂ©e pour l’occasion. Ces pĂątisseries furent souvent concoctĂ©es au dernier moment, selon les indications prĂ©cises de la rĂ©alisatrice. Plusieurs de ces crĂ©ations, comme l’irrĂ©sistible tarte Ă  la banane et au chocolat du gĂ©nĂ©rique firent les dĂ©lices de l’équipe Ă  la fin d’une rude journĂ©e de travail. D’autres se rĂ©vĂ©lĂšrent nettement plus appĂ©tissantes Ă  l’oeil qu’à l’estomac, notamment une tarte aux spaghettis que l’infortunĂ© Jeremy Sisto eut le plus grand mal Ă  terminer.

Le Tournage

WaitressWAITRESS a Ă©tĂ© rĂ©alisĂ© en seulement 20 jours, dans la rĂ©gion de Canyon Country (Californie). Le chef opĂ©rateur, Matthew Irving, tourna l’intĂ©gralitĂ© du film en 35 mm et supervisa avec Shelly la postproduction photochimique qui donne Ă  l’image une Ă©lĂ©gance chatoyante. L’ensemble du processus fut achevĂ© avant la tragique disparition de la rĂ©alisatrice.

Le rythme de travail intensif et les pressions rĂ©sultant d’un budget serrĂ© n’avaient rien d’inĂ©dit pour Adrienne Shelly : «J’ai toujours fonctionnĂ© comme cela. J’avais 21 ans Ă  l’époque de mon premier film, que nous avons tournĂ© en 10 jours pour 75 000 dollars. J’étais la «vedette», mais je n’avais pas droit Ă  plus d’une prise par plan.

La maquilleuse, la scripte et moi dormions ensemble, Ă  mĂȘme le sol, emmitouflĂ©es dans un simple sac de couchage. Les films fauchĂ©s que j’ai faits par la suite nous obligĂšrent tous Ă  faire preuve d’imagination et Ă  inventer Ă  la hĂąte des solutions de fortune qui tiennent la route. Mais cette fois, j’ai eu l’impression d’ĂȘtre protĂ©gĂ©e par des dizaines de gens qui voulaient tous que ce film soit un succĂšs.

C’est un sentiment merveilleux, et je serai sans doute trĂšs triste le jour oĂč je ne serai plus entourĂ©e de leur amour…»

Le site officiel : www.waitress-lefilm.com

avatar A propos de l'auteur : fandecine (217 Posts)

Administrateur du site Ciné Blog. Passionné de S-F, fan d'Isaac Asimov et Philip K. Dick, j'ai créé en 2005 le site Fan de Cinéma. J'aime le cinéma de Kubrick, de Tim Burton, de terry Giliams et de Ridley Scott. Je suis en général plutÎt bon public et je ne m'attache pas tant à la facture des films qu'a l'histoire qui m'est contée. En dehors de ma passion pour le cinéma, je dirige une petite Web Agency.


ClassĂ© dans : Films · Mots-ClĂ©s: ,

Contenus sponsorisés
loading...

Commentaires Clos.