Articles Commentaires

Cine Blog » Films » Madame Irma, au cinéma le 6 Décembre 2006

Madame Irma, au cinéma le 6 Décembre 2006

L’HISTOIRE :

Madame IrmaMadame IrmaFrancis menait une confortable vie de cadre supérieur, jusqu’à ce que la chief manager de sa maison mère américaine décide d’éjecter tout le monde. Pour ce quarantenaire, c’est un tel choc qu’il n’ose même pas l’avouer à sa jeune femme, Inès.

Désemparé et seul, Francis échoue chez une voyante qui, à défaut de lui apporter des réponses, va lui donner une idée… Après avoir tenté en vain de se retrouver une situation, poussé par l’obligation de maintenir le train de vie familial, Francis se décide à devenir voyante. Bien que Ludovic, son ami d’enfance, tente de l’en dissuader, il se documente et invente le personnage de Madame Irma. Chaque jour, dans sa caravane, déguisé des pieds à la tête, il écoute et conseille toutes sortes de gens. Les affaires marchent bien mais au-delà de cela, Francis redécouvre ce qu’il avait perdu depuis longtemps : le goût de vivre et des autres. Reste un énorme problème : Inès et ses proches ignorent tout de sa double vie…

DE L’IDEE A L’HISTOIRE :

Didier Bourdon raconte : «Un scénariste, Frédéric Petitjean, est venu me présenter l’histoire d’un type qui se retrouve brutalement au chômage et qui pour s’en sortir, va jouer les voyantes. J’ai tout de suite été tenté par ce que promettaient l’histoire et le rôle, mais j’ai aussi été touché que l’on ait pu penser à moi. Souvent, les idées qui vous vont bien viennent de l’extérieur. C’est quelque chose que je connais vraiment au sein des Inconnus. Jamais je n’aurais songé à m’écrire un personnage de femme !» Frédéric Petitjean se souvient : «Voilà environ trois ans, j’ai lu un article qui parlait de l’importance du marché de la voyance et du fait que malgré l’ampleur du phénomène, personne n’avouait y faire appel. Sans que personne n’assume, il était question d’une économie parallèle de plusieurs dizaines de millions d’Euros. Je tenais mon sujet. Didier Bourdon s’est aussitôt imposé comme une évidence. C’est pour lui que je devais écrire le scénario. Didier m’a très gentiment reçu. Il a lu le traitement et m’a immédiatement donné son accord.»

Didier Bourdon reprend :

Madame IrmaMadame Irma«Sur l’idée de départ, il fallait encore énormément travailler pour construire une histoire solide avec des personnages qui existent. En effet, si le pitch était séduisant, il ne fallait pas non plus que ce soit gratuit. Il ne s’agissait pas de se mettre une perruque, du rouge à lèvres et d’en faire des tonnes ! Il fallait que cette bonne idée soit valorisée dans un contexte réaliste, concret qui trouve aussi un écho humain. Nous avons mis un peu plus d’un an à finaliser le scénario.

Un temps de recul était nécessaire entre chaque étape. Je me suis rapidement rendu compte de ce qu’allait exiger le rôle et j’ai décidé de ne pas réaliser ce film seul. Il m’était impossible d’être partout à la fois. J’avais besoin d’être épaulé. Yves Fajnberg est arrivé. Notre collaboration est remarquablement efficace et nous nous entendons très bien. Il m’a apporté un regard extérieur précieux et a été un relais vis-à-vis de l’équipe.»

Yves Fajnberg intervient : «Didier connaît parfaitement son métier alors que je n’y suis venu que tardivement. Nous nous complétons, humainement et professionnellement. J’essaie de lui apporter un autre regard. Nous savions que l’idée de base devait s’enrichir d’un fond plus humain. Didier le sentait et je l’ai poussé dans ce sens. On ne pouvait pas faire une heure et demie avec un type de quarante-cinq ans déguisé en voyante ! Cette situation, aussi drôle soit-elle, devait découler de quelque chose de plus profond, de plus humain, et je crois que cet aspect-là intéressait particulièrement Didier parce qu’au-delà de l’humour qu’on lui connaît, cela allait aussi lui permettre d’exprimer autre chose. Il allait pouvoir ajouter l’émotion à la comédie.»

Madame IrmaMadame IrmaFrédéric Petitjean explique :

«Didier a une vraie lucidité par rapport à ce que peut rendre une écriture sur l’écran. J’étais d’autant plus heureux de travailler avec lui qu’il fait vraiment partie de ma culture d’humour. Avec les Inconnus, à travers ses films et tout ce qu’il a joué, il est une référence. Il concentre beaucoup de choses sur lui et je pouvais développer le scénario en très étroite collaboration, car il est à la fois le coréalisateur et surtout, l’interprète principal. Scénariste est un métier souvent solitaire mais en l’occurrence, nous avons eu une vraie connivence.

Il a énormément apporté à l’idée de base, il s’est approprié l’histoire pour y injecter tout ce qui fait sa qualité. Didier est un mélange d’extrême rigueur dans la comédie et d’instinct dans l’émotion. Ce film lui permet d’aller plus loin dans ces deux directions à la fois. Sa collaboration avec Yves a aussi été un de ses atouts. Yves a été le recul de Didier.»

Didier Bourdon confie : «Au moment où l’on découvre Francis, mon personnage, c’est un type assez normal. Il a un parcours de vie et de carrière tout à fait classique. Il en est à son deuxième mariage et il aime vraiment sa jeune épouse. Son travail est devenu une routine qui a surtout le mérite de lui assurer un train de vie élevé. S’il ne s’était pas fait virer, il aurait pu continuer comme cela jusqu’au bout. Comme beaucoup, il s’était construit une image de lui-même, faisant ce qu’il pensait devoir faire, évitant de se remettre en question et préférant la sécurité. Pourtant, même si à première vue ce licenciement est une catastrophe, c’est aussi sa chance. Ce séisme va l’obliger à repenser complètement sa vie. S’il décide de jouer les voyantes, ce n’est pas pour s’amuser. C’est sa dernière chance. Il a bien essayé de se trouver un autre poste, mais on ne lui propose que des trucs très moyens et lui n’y croit plus. Je crois que c’est un sentiment que connaissent beaucoup de gens. Cet aspect très réaliste me plaisait et rendait son parcours d’autant plus touchant. À travers ce qu’il va traverser, Francis va se rendre compte de beaucoup de choses, de l’importance qu’a sa femme pour lui, de la valeur de son amitié avec Ludo… Et au-delà de tout ça, il va trouver sa véritable place, en accord avec ce qu’il est vraiment et qu’il avait fini par oublier. Évidemment, ça ne va pas être simple…»

Madame IrmaMadame IrmaYves Fajnberg explique :

«La première difficulté vis-à-vis du scénario était de faire partager le virage que le personnage va prendre. On le découvre en directeur dans une multinationale et une demi-heure plus tard, il est au fond d’une caravane. Pour moi, l’une des clés du personnage se trouvait chez les femmes qui l’entourent. Même si le film raconte l’histoire d’un homme et de son étonnante reconversion, sa vie est guidée par les femmes. C’est une femme qui le vire, c’est parce qu’il a peur que sa femme le quitte qu’il cache son licenciement et se débrouille comme il peut, c’est une femme qui lui dit ses quatre vérités, et il devient lui-même une femme pour s’en sortir. Même son ami d’enfance est dominé par une femme !

Nous avons également pensé à d’autres films comme TOOTSIE ou MADAME DOUBTFIRE qui ont abordé le travestissement avec succès, mais nous étions sur un autre plan. Dans ces deux grands films, Dustin Hoffman et Robin Williams jouaient des personnages de comédiens qui se servaient de leur métier pour s’en sortir. Dans MADAME IRMA, le personnage de Francis n’est ni préparé, ni prédestiné à ce qu’il va vivre. Jouer un personnage n’est pas son métier. Pour lui, plus que de se grimer, il s’agit de se réinventer complètement. Il doit tout apprendre et découvrir ses limites. Il ne fait pas un exercice de style, il joue sa vie.»

Madame IrmaMadame IrmaDidier Bourdon se souvient :

«Au tout début du projet, je n’avais pas pensé à Pascal Légitimus pour jouer Ludo, et pourtant ce rôle d’ami lui allait comme un gant. Une fois que je l’ai imaginé dans le personnage, je n’aurais pas été capable de jouer face à quelqu’un d’autre. Non seulement cela nous permettait d’exploiter notre complicité et de nous amuser, mais je savais tout ce qu’il pourrait donner à ce rôle essentiel. Ludo est le meilleur ami et le confident de Francis. Il compatit à ce qui arrive à son ami d’enfance mais désapprouve son idée de se transformer en voyante. Francis va l’entraîner dans son projet et cela aura de nombreuses répercussions, jusque dans la vie intime du couple de Ludo.

J’aime bien le tandem que forment ce type un peu fou et son comparse qui, loyauté oblige, se retrouve embarqué dans ses mensonges et son aventure.»

Yves Fajnberg commente : «Il y avait quelque chose de génial à les voir jouer tous les deux. Nous étions tous spectateurs ! Ils se connaissent par coeur. Les gens vont retrouver tout ce qu’ils aiment de leurs rapports mais aussi aller plus loin. Il y a quelques scènes d’anthologie…»

Didier Bourdon reprend : «Il y avait un double plaisir avec Pascal : celui de jouer avec lui et celui de le diriger. La scène où il prend la place de Madame Irma a demandé beaucoup de travail mais elle est vraiment un des grands moments du film. Nous avons d’abord répété tous les deux, puis Pascal s’est lancé. Le voir jouer ce personnage coincé dans une situation qu’il déteste était jubilatoire. Ludo, c’est la conscience de Francis, son appui, son allié, et il va souffrir !»

Yves Fajnberg ajoute : «Didier et Pascal ont tellement travaillé leurs personnages que nous redécouvrons littéralement leur complicité. On sent qu’il y a toute la force des Inconnus entre eux, mais chacun a ajouté d’autres cordes à son arc indépendamment et cela renforce encore leur relation. Leur plaisir de jouer est évident et très communicatif. »

avatar A propos de l'auteur : fandecine (217 Posts)

Administrateur du site Ciné Blog. Passionné de S-F, fan d'Isaac Asimov et Philip K. Dick, j'ai créé en 2005 le site Fan de Cinéma. J'aime le cinéma de Kubrick, de Tim Burton, de terry Giliams et de Ridley Scott. Je suis en général plutôt bon public et je ne m'attache pas tant à la facture des films qu'a l'histoire qui m'est contée. En dehors de ma passion pour le cinéma, je dirige une petite Web Agency.


Classé dans : Films · Mots-Clés:

Contenus sponsorisés
loading...

Commentaires Clos.