Articles Commentaires

Cine Blog » Films » Ma super EX, sortie nationale le 13 septembre 2006

Ma super EX, sortie nationale le 13 septembre 2006

MA COPINE EST UNE SUPER-HEROINE

Uma Thurman dans Ma Super Ex

Uma Thurman dans Ma Super Ex

A l’instar de Reitman, Don Payne aime les comĂ©dies. Il le dit lui-mĂŞme : « J’ai grandi en lisant beaucoup de bandes dessinĂ©es et ça laisse forcĂ©ment des sĂ©quelles ! J’en lis toujours d’ailleurs, au grand dĂ©sespoir de ma femme. Avoir comme petite amie une super-hĂ©roĂŻne est un fantasme de gamin attardĂ©, mais j’ai pensĂ© que ce serait amusant de voir un type ordinaire sortir avec une fille bourrĂ©e de super-pouvoirs et d’imaginer les catastrophes qui pourraient en rĂ©sulter. » Payne le reconnaĂ®t volontiers : le sujet a dĂ©jĂ  Ă©tĂ© abordĂ© Ă  travers des sĂ©ries comme « Ma Sorcière bien-aimĂ©e » ou « I Dream of Jeannie », mais jamais avec ce degrĂ© de dĂ©pit et de rancoeur ! Il confie : « Je me demandais ce qu’une rupture musclĂ©e entre ces deux personnages donnerait… Que se passerait-il lorsque le type ordinaire commencerait Ă  se rendre compte que sa petite amie est finalement un peu givrĂ©e ? Jenny n’est pas vraiment du genre Ă  tourner la page sans essayer d’y mettre le feu avant… »

Jenny Johnson est une New-Yorkaise apparemment comme les autres, une jeune femme d’aujourd’hui qui travaille dans une galerie d’art. Comme la plupart des cĂ©libataires, elle voudrait quelqu’un dans sa vie… Mais son autre « job », celui de super-hĂ©roĂŻne, l’empĂŞche de mener une vie ordinaire et engendre frustrations sur frustrations… D’autant, comme le prĂ©cise Ivan Reitman, « qu’elle n’a pas le tempĂ©rament pour assumer ses super pouvoirs. Pas plus qu’elle n’a le tempĂ©rament pour assumer une histoire d’amour ! Elle se montre trop possessive et Matt prend peu Ă  peu conscience de la nĂ©vrose de Jenny. » Pour ce rĂ´le, Reitman savait qu’il lui faudrait trouver quelqu’un qui puisse Ă  la fois assumer les cascades tout en jouant la comĂ©die. Pour lui, il n’y avait aucun doute sur le choix de l’actrice. Reitman confirme : « Qui d’autre qu’Uma Thurman aurait pu assumer ce rĂ´le ? Uma est Ă  elle seule un vĂ©ritable effet spĂ©cial ! De plus, elle est superbe, et ses talents pour les scènes d’action ne sont plus Ă  dĂ©montrer ».

Uma Thurman et Luke Wilson dans Ma Super EX

Uma Thurman et Luke Wilson

Uma Thurman, de son cĂ´tĂ©, Ă©tait impatiente de s’attaquer Ă  cette super-hĂ©roĂŻne vulnĂ©rable et nĂ©vrosĂ©e. « J’ai rarement eu autant de plaisir Ă  faire un film. J’adore jouer la comĂ©die, surtout des filles de caractère comme Jenny. Ivan m’a encouragĂ©e Ă  jouer de la façon la plus poussĂ©e possible, sans me limiter, et mĂŞme Ă  ne pas hĂ©siter Ă  prendre le risque de la ridiculiser un peu. » A première vue, Jenny est sĂ©duisante, vivante, vibrante. Mais, comme le souligne Reitman, « il ne faut pas longtemps Ă  Matt pour comprendre que quelque chose cloche chez sa petite amie. Jenny parle trop et ne maĂ®trise pas encore l’art dĂ©licat de l’autocensure ». Jenny est « trop » pour un homme aussi simple que Matt. Celui-ci, interprĂ©tĂ© par Luke Wilson, est un architecte qui rĂ©ussit dans sa carrière et comme la plupart des cĂ©libataires – et comme Jenny – cherche l’amour… Ivan Reitman commente : « Matt est le type bien du film. Il symbolise le type normal, celui qui nous ressemble. C’Ă©tait un rĂ´le qui correspond bien Ă  Luke Wilson, un garçon très sympathique qui possède un sens authentique de la comĂ©die ».

Luke Wilson ajoute : « Le script n’Ă©tait pas seulement drĂ´le. Il contenait aussi beaucoup d’Ă©motion. Tout le monde a connu un jour dans sa vie une relation houleuse de ce type. Mais avec Jenny, les relations ne sont pas simplement houleuses. Elles deviennent vraiment risquĂ©es ! » Les capacitĂ©s extraordinaires de Jenny rendent l’aspect physique de la relation aussi « dĂ©licat » que l’aspect psychologique… En fait, MA SUPER EX rĂ©pond Ă  une question qu’on sepose souvent : Ă  quoi ressemble le sexe avec une super-hĂ©roĂŻne ? D’après Reitman et Payne, qui ont travaillĂ© en Ă©troite collaboration pour aborder de façon originale ce thème dans les limites d’une interdiction aux moins de treize ans, « c’est Ă  la fois merveilleux et douloureux ». Au fur et Ă  mesure qu’ils sortent ensemble, Matt dĂ©couvre les nĂ©vroses et les obsessions de Jenny, et il rĂ©alise bientĂ´t qu’il doit rompre avec elle pour s’en protĂ©ger… Mais la fureur d’une femme dĂ©laissĂ©e est terrible… et celle d’une super-hĂ©roĂŻne abandonnĂ©e l’est encore plus !

Eddie Izzard dans Ma Super Ex

Eddie Izzard dans Ma Super Ex

« Bedlam » vient des premières lettres de son vrai nom : Barry Edwards Lambert. Ivan Reitman souligne « qu’avec la prĂ©sence d’un super mĂ©chant dans un film contemporain dont l’action se dĂ©roule Ă  New York, il valait mieux que ce dernier sorte des sentiers battus. Nous n’avions pas envie d’un mĂ©chant traditionnel comme ceux qu’on trouve dans les bandes dessinĂ©es ». De ce fait, Bedlam n’est pas un mĂ©chant ordinaire. Il veut simplement neutraliser Jenny et la dĂ©possĂ©der de ses pouvoirs pour qu’elle redevienne la jeune fille normale qu’il aimait. En effet, Bedlam et Jenny Ă©taient les meilleurs amis du monde au lycĂ©e jusqu’Ă  ce qu’elle soit investie de super pouvoirs après avoir Ă©tĂ© exposĂ©e Ă  une mĂ©tĂ©orite. Ainsi devenue la sexy G-Girl, Jenny laissa derrière elle un Barry au coeur brisĂ©. A propos de leur relation, Izzard dĂ©clare : « Jenny jette Bedlam sans mĂ©nagement. Bien entendu, il lui en garde sĂ©rieusement rancoeur. Son but, je dirais presque sa mission, est dĂ©sormais de la faire rentrer dans la normalitĂ©. Il devient une sorte de gĂ©nie au portefeuille bien rempli qui collectionne les crimes pour attirer son attention».

Outre Bedlam et Jenny, il y a une autre personne qui complique sĂ©rieusement la vie de Matt : sa patronne, Carla Dunkirk, interprĂ©tĂ©e par l’actrice comique Wanda Sykes (« Larry et son nombril »). Celle-ci explique : « Carla est hyper sensibilisĂ©e Ă  la potentialitĂ© de harcèlement sexuel sur les lieux de travail, et elle est constamment en train d’observer et d’analyser le comportement de Matt. Elle a de quoi se poser des questions sur son Ă©trange façon d’agir, sur ses rencontres avec Jenny et son flirt avec Hannah… »

LA GARDE-ROBE DE SUPER HEROINE

Uma Thurman, Ma Super Ex

Uma Thurman, Ma Super Ex

Dans l’esprit d’Ivan Reitman et de Don Payne, Jenny/G-Girl est une super-hĂ©roĂŻne sexy, attirante et moderne. A quoi allait-elle ressembler ? Don Payne a d’abord imaginĂ© un costume de super-hĂ©ros classique. Mais la vision rĂ©aliste de Reitman s’est imposĂ©e. « Après tout, dit-il, G-Girl est avant tout une femme. J’ai donc pensĂ© qu’elle aimerait changer de vĂŞtements ! » Autre question : oĂą allait-elle stocker toutes ces tenues ? Dans le plus grand placard du monde… Un placard bien plus grand que la plupart des appartements. LĂ , Jenny entrepose des centaines de tenues. Si Jenny est invulnĂ©rable, sa garderobe ne l’est pas ! Concevoir les costumes de G-Girl reprĂ©sentait un formidable challenge dont Reitman a confiĂ© la responsabilitĂ© Ă  Laura Jean Shannon.En collaboration avec Uma Thurman, la chef costumière a fait de Jenny une superhĂ©roĂŻne très tendance aux looks et aux styles très diffĂ©rents. Pour cela, Shannon a rendu visite Ă  de nombreuses boutiques situĂ©es de l’East Village Ă  New- York.

Uma Thurman et la chef costumière voulaient que les costumes fassent passer la notion d’une femme puissante, au-delĂ  de l’idĂ©e que se font souvent les hommes d’une super-hĂ©roĂŻne… Les costumes devaient « parler » aux femmes, et devaient donner Ă  G-Girl la sensation que son pouvoir vient d’elle-mĂŞme, de l’intĂ©rieur. Laura Jean Shannon a Ă©tĂ© impressionnĂ©e par la crĂ©ativitĂ© et l’allure de Uma Thurman : « Il lui suffisait d’enfiler sa tenue pour donner une dimension particulière Ă  son personnage ». Les costumes soulignent l’Ă©volution psychologique du personnage. Dans les premières scènes, elle porte des tenues très fĂ©minines. Mais au fur et Ă  mesure que Jenny se fragilise, la superhĂ©roĂŻne opte pour des tenues plus « commando ». « Elle a des tenues plus couvrantes, porte des capuches, une veste d’inspiration militaire mais très couture, signĂ©e Yves Saint- Laurent. » Chaque super-hĂ©ros a son logo, sa signature… Mais lĂ  encore, G-Girl se distingue des super-hĂ©ros « ordinaires ». Son emblème, le « G », n’apparaĂ®t pas au mĂŞme endroit sur ses tenues. C’est avant tout un accessoire dĂ©clinĂ© sous la forme d’un pendentif oĂą la lettre est faite de diamants, d’une broche en platine ou d’une boucle de ceinture en cuir noir.

LES EFFETS SPECIAUX

Ivan Reitman Ă©tait familier du monde de la haute technologie pour avoir rĂ©alisĂ© des films reposant en grande partie sur des effets spĂ©ciaux, comme les S.O.S. FANTOMES ou EVOLUTION. Il prĂ©cise : « Dans MA SUPER EX, les effets spĂ©ciaux sont importants – c’est quand mĂŞme un film Ă  super-hĂ©ros ! – mais je ne voulais pas qu’ils prennent le pas sur l’histoire ». Erik Nash, superviseur des effets visuels, partage la mĂŞme opinion : « Notre film n’est pas un catalogue d’effets spĂ©ciaux ! C’est avant tout une comĂ©die. Les effets ne sont lĂ  que pour ajouter de l’humour et du plaisir ». Ivan Reitman prĂ©cise : « Nous voulions que G-Girl ait un style bien Ă  elle dans sa façon de voler. Elle crĂ©e dans l’air une perturbation visible, que nous avons appelĂ©e « son sillage vortex ». Cela la rend plus visible lorsqu’elle vole Ă  des super- vitesses. » Erik Nash commente : « Jenny va tellement vite qu’elle trouble la lumière dans l’air. Elle laisse une traĂ®nĂ©e, comme une sorte de signature, qui a Ă©tĂ© rendue possible grâce aux miracles des images de synthèse ».

Ma Super Ex, le film

Ma Super Ex, le film

Pourquoi ĂŞtre capable de se transformer en tornade si vous ne pouvez pas vous en servir pour tourmenter votre ex ? Jenny est suffisamment imaginative et dĂ©jantĂ©e pour jeter un grand requin blanc Ă  travers les fenĂŞtres de l’appartement de Matt ! Le requin atterrit sur le lit avant de tout saccager dans l’appartement. Pour Reitman, cette sĂ©quence a Ă©tĂ© une des plus complexes Ă  concevoir. « L’idĂ©e du requin est Ă  la fois incongrue et fantastique. Il fallait, pour ne pas la rater, que le squale soit en interaction avec le dĂ©cor mais aussi avec les personnages ». Le requin a Ă©tĂ© crĂ©Ă© en images de synthèse, c’est une version plus stylisĂ©e et plus redoutable encore que le vĂ©ritable animal… Pour rĂ©gler prĂ©cisĂ©ment le rythme de la scène, Nash et son Ă©quipe ont prĂ©parĂ© des storyboards de prĂ©visualisation très dĂ©taillĂ©s. Ils ont ensuite animĂ© et chorĂ©graphiĂ© les scènes. Une fois les emplacements des camĂ©ras dĂ©terminĂ©s, ils ont montĂ© une version test de la scène, appelĂ©e « animatique », qui a servi de gabarit pour l’attaque du requin. Requins, sĂ©duction aĂ©rienne, superbagarres… Ce sont juste quelquesunes des surprises que rĂ©serve MA SUPER EX. Mais comme le fait remarquer Ivan Reitman, « chacun d’entre nous peut se reconnaĂ®tre dans cette histoire. Nous avons tous connu dans notre vie des relations plus ou moins heureuses. Nous, nous avons juste poussĂ© les choses un peu plus loin… »

avatar A propos de l'auteur : fandecine (217 Posts)

Administrateur du site Ciné Blog. Passionné de S-F, fan d'Isaac Asimov et Philip K. Dick, j'ai créé en 2005 le site Fan de Cinéma. J'aime le cinéma de Kubrick, de Tim Burton, de terry Giliams et de Ridley Scott. Je suis en général plutôt bon public et je ne m'attache pas tant à la facture des films qu'a l'histoire qui m'est contée. En dehors de ma passion pour le cinéma, je dirige une petite Web Agency.


ClassĂ© dans : Films · Mots-ClĂ©s:

Contenus sponsorisés
loading...

Commentaires Clos.